Neuropathie du nerf Supra-Scapulaire

Le nerf supra-scapulaire est un nerf qui chemine contre l’omoplate, à proximité directe de l’épaule. Il provient de la région cervicale et innerve deux muscles de la coiffe des rotateurs : le supra-épineux et l’infra-épineux. Il sert également à la sensibilité de la bourse sous-acromiale et de la partie haute et postérieure de l’épaule.
Lors de son trajet contre l’omoplate, il présente plusieurs virages en passant dans de petits canaux (“incisures”). Au sein de ces incisures il est plaqué à l’os par de petits ligaments.

Comme le nerf médian au canal carpien ou le nerf ulnaire au coude, le nerf supra-scapulaire peut ainsi se retrouver comprimé lors de son passage dans les incisures.
Il peut également être comprimé par un kyste se créant suite à une fuite de liquide articulaire de l’épaule à travers un labrum désinséré (“kyste spino-glénoïdien”).
Enfin, son trajet “tortueux” l’expose à être étiré principalement par la pratique de certains sports à grandes amplitudes (tennis, hand-ball...) ou dans certaines professions avec mouvements répétés.


Schéma du trajet du nerf Supra-Scapulaire

Principe de la chirurgie d'épaule par arthroscopie

La souffrance de ce nerf entraîne des douleurs sur le territoire qu’il innerve : en arrière et en haut du moignon de l’épaule. En cas de souffrance prolongée, les muscles infra-épineux et supra-épineux peuvent être dénervés entrainant une fonte musculaire qui déséquilibre l’épaule. En plus des douleurs, le patient ressent une sensation de faiblesse musculaire avec difficulté à la rotation externe du bras.

Ce syndrome canalaire peut être mis en évidence par la réalisation d’une IRM et d’un électromyogramme (“EMG”). L’IRM évalue la souffrance musculaire et recherche une cause à la compression du nerf comme un kyste par exemple. L’EMG évalue la souffrance du nerf mais ne permet pas toujours de localiser le siège de sa compression.

En cas de souffrance du nerf supra-scapulaire par étirement, la correction du geste sportif (ou l’adaptation de poste professionnel) et la rééducation adaptée chez un kinésithérapeute sont la base du traitement médical de première intention.

En cas d’échec du traitement médial ou de visualisation d’un kyste comprimant le nerf, une chirurgie arthroscopique de l'épaule doit être envisagée. Le chirurgien va alors libérer le nerf, vider le kyste et réparer une éventuelle lésion du labrum responsable du kyste.

La chirurgie est réalisée sous anethésie générale et loco-régionale lors d’une hospitalisation de courte durée souvent ambulatoire. Une écharpe antalgique est portée en post-opératoire pendant environ 3 semaines et la rééducation est rapidement débutée. La diminution des douleurs est relativement rapide mais la récupération d’une bonne trophicité musculaire peut être longue.