Tendinopathie Calcifiante de l'épaule

La présence de calcifications dans les tendons de la coiffe des rotateurs de l'épaule, ou tendinopathie calcifiante, est une cause fréquente de douleur d’épaule avant 40 ans. Cette pathologie est plus fréquente chez la femme.

Au niveau de l’épaule, plusieurs tendons (prolongement de muscles en provenance de l’omoplate) sont fixés sur l’humérus en entourant complètement sa tête. Ces différents tendons (subscapulaire, supra-épineux, infra-épineux, petit rond) sont jointifs et continus pour former une véritable coiffe tendineuse. Ils servent à stabiliser l’épaule en plaquant la tête de l’humérus contre l’omoplate et permettent l’élévation et la rotation du bras. Ils forment ainsi ce qu’on appelle “la coiffe des rotateurs”.


Schéma simplifié de l'épaule

Principe de la chirurgie d'épaule par arthroscopie


Il se forme parfois des calcifications à l’intérieur même d’un de ces tendons, au niveau de son attache sur l’humérus. On ignore l’origine de ces calcifications et leurs causes. Leur survenue n’a aucun rapport avec un traumatisme, une usure ou une hyper-sollicitation de l’épaule.


De façon schématique trois évolutions sont alors possibles :

- Ces calcifications peuvent rester stables, parfaitement asymptomatiques et ne justifient alors d’aucun traitement. On estime qu’environ 5% de la population présente une calcification d’un tendon de la coiffe des rotateurs qui ne sera symptomatique que dans environ un tiers des cas.

- Au contraire, elles peuvent augmenter de volume progressivement jusqu’à se libérer spontanément et de façon imprévisible dans l’épaule. Il se produit alors une réaction inflammatoire très intense dans l’espace sous acromial entrainant d’intolérables douleurs insomniantes, appelée crise hyper-algique. Il s’agit du mode de guérison “spontané” de ces calcifications qui est très douloureux. Il convient alors de traiter cette crise de façon médicale par des antalgiques puissants (morphiniques) associés à un traitement anti inflammatoire par corticothérapie de courte durée et immobilisation par écharpe temporaire. La réalisation de radiographies simples successives confirme l’évolution puis la disparition des calcifications.

- Enfin, ces calcifications peuvent évoluer sur un mode chronique. Les douleurs sont souvent quotidiennes mais d’intensité variable, évoluant par phases douloureuses, provoquées par certains mouvements. Il existe parfois des douleurs nocturnes de type inflammatoire. Les radiographies successives confirment la présence des calcifications : leur aspect se modifie parfois avec le temps mais elles ne disparaissent pas.

Radiographie épaule normale

Volumineuse calcification


C’est dans le mode chronique que la chirurgie de l'épaule est indiquée. L’indication peut être portée en cas de calcifications douloureuses et gênantes, résistant au traitement médical et confirmées par des radiographies espacées de trois à six mois.


L’arthroscopie d'épaule permet alors de “libérer” la calcification qui se situe dans l’épaisseur du tendon. Le chirurgien va ouvrir le tendon dans le sens des fibres et évacuer la calcification qui prend souvent un aspect de craie. Il n’est pas nécessaire de réparer par la suite le tendon car la petite vacuité persistante cicatrise de façon certaine en quelques semaines.


Ouverture du tendon

Évacuation de la calcification

Vacuité résiduelle

Arthroscopie de l'épaule : libération d'une calcification de la coiffe des rotateurs (Dr Milin - Grenoble)

La chirurgie est réalisée sous anesthésie générale et loco-régionale ou loco-régionale pure, habituellement lors d’une prise en charge ambulatoire.

Une écharpe antalgique simple est à porter en post-opératoire. Elle peut être retirée pour débuter l’auto-rééducation dès le lendemain de l’intervention. Des séances de rééducation chez le kinésithérapeute pourront également être bénéfiques. Les douleurs de l'épaule s’amenuisent progressivement complètement en 3 à 6 mois en l’absence de complication.

Si des radiographies sont réalisées il est habituel de retrouver dans les semaines qui suivent la chirurgie quelques traces de calcifications persistantes qui disparaissent avec le temps